Réforme du CAPES externe de philosophie

L’arrêté du 25 janvier 2021, paru dans le Journal Officiel du 29 janvier 2021, fixe les nouvelles modalités du concours du CAPES externe à partir de la session 2022. Dans cet article, je présenterai dans un premier temps, sur la base des informations fournies dans cet arrêté, les épreuves écrites et orales du nouveau CAPES externe de Philosophie. Dans un second temps, j’indiquerai quels sont les changements apportés par rapport à l’ancien concours et vous ferai part des interrogations que ces changements soulèvent, selon moi, et des hypothèses que l’on peut formuler pour tenter d’y répondre.

Sur les nouvelles modalités d’inscription au CAPES externe, consultez la page du site « devenirenseignant.gouv.fr » : Réforme de la formation initiale des professeurs et des conseillers principaux d’éducation en Inspé.

1) Présentation des épreuves

a) Epreuves d’admissibilité du nouveau CAPES externe de Philosophie

Elles se composent de deux épreuves écrites intitulées respectivement « épreuve écrite disciplinaire » et « épreuve écrite disciplinaire appliquée ».

« Epreuve écrite disciplinaire »

Elle prend la forme d’une composition.

Le programme de l’épreuve est celui du programme de philosophie des classes terminales (voie générale et voie technologique) et celui du programme de spécialité « Humanités, Littérature et Philosophie » (HLP) du cycle terminal de la voie générale (par conséquent des classes de Première et Terminale).

Durée : 6 heures, coefficient : 2.

« Epreuve écrite disciplinaire appliquée »

Elle prend la forme d’une explication d’un texte philosophique emprunté à l’un des auteurs du programme des classes terminale.
« L’épreuve permet d’évaluer les capacité d’interprétation ainsi que les capacités pédagogiques et didactiques du candidat. Le jury appréciera notamment l’aptitude du candidat à comprendre et analyser un argument, à en dégager la dimension problématique afin de l’exposer clairement aux élèves et à être capable de situer son propos dans l’exposé d’une notion ou plus largement dans une séquence pédagogique. » (Annexe 1, Epreuves du concours externe. Section Philosophie).

Durée : 6 heures, coefficient : 2.

b) Epreuves d’admission du nouveau CAPES externe de Philosophie

Elles se composent de deux épreuves orales intitulées respectivement « épreuve de leçon » et « épreuve d’entretien avec le jury ».

« Epreuve de leçon »

« Deux textes issus du programme publié sur le site du ministère de l’éducation nationale sont proposés au choix du candidat qui retient l’un d’eux.
L’épreuve comporte deux phases :
– un première phase consistant en l’explication devant le jury du texte choisi par le candidat, à qui il appartient de montrer comment il le destine aux élèves des classes terminales ;
– une seconde phase consistant en la conception et la présentation d’une séance d’enseignement, le cas échéant restitué dans le cadre d’un séquence d’enseignement.
Le candidat choisit une question problématisée issue du texte, qui sert de base à la construction de sa séance laquelle doit intégrer des éléments d’analyse du texte présentés lors de la première phase. » (Annexe 1, Epreuves du concours externe. Section Philosophie).

Durée de préparation : 6 heures, exposé : 40 minutes, entretien : 20 minutes, coefficient : 5.

« Epreuve d’entretien avec le jury »

« Le jury comprend des personnels administratifs relevant du ministère chargé de l’éducation nationale, choisis en raison de leur expérience en matière de gestion des ressources humaines. » (article 3).

L’épreuve d’entretien avec le jury « porte sur la motivation du candidat et son aptitude à se projeter dans le métier de professeur au sein du service public de l’éducation. » (article 8).

L’entretien se déroule en deux parties :
– 1ere partie (durée totale : 15 minutes) : présentation d’une durée maximale de 5 minutes par le candidat « des éléments de son parcours et des expériences qui l’ont conduit à se présenter au concours en valorisant notamment ses travaux de recherche, les enseignements suivis, les stages, l’engagement associatif ou les périodes de formation à l’étranger. Cette présentation donne lieu à un échange avec le jury » (art. 8). Durée de l’échange : 10 mn.
– 2e partie (durée totale : 20 minutes) : elle « doit permettre au jury, au travers de deux mises en situation professionnelle, l’une d’enseignement, la seconde en lien avec la vie scolaire, d’apprécier l’aptitude du candidat à :
– s’approprier les valeurs de la République, dont la laïcité, et les exigences du service public (droits et obligations du fonctionnaire, dont la neutralité, lutte contre les discriminations et stéréotypes, promotion de l’égalité, notamment entre les filles et les garçons, etc.) ;
– faire connaître et partager ces valeurs et exigences ». (art. 8)

« Le candidat admissible transmet préalablement une fiche individuelle de renseignement établie sur le modèle figurant à l’annexe VI du présent arrêté. » (art. 8)

Pas de temps de préparation, durée de l’épreuve : 35 mn, coefficient : 3.

2) Changements par rapport à l’ancien concours

a) Notes éliminatoires, coefficients et durée des épreuves

Les épreuves du nouveau concours sont toujours notées de 0 à 20, mais elles sont désormais assorties d’une note éliminatoire :
– note égale ou inférieure à 5 pour les épreuves écrites ;
– note 0 pour les épreuves orales.

Le jeu des coefficients accentue encore un peu plus l’importance de l’oral par rapport à l’écrit :
Ancien concours : le total de points était de 200, répartis de la manière suivante : 80 points pour l’écrit (40 % du total des points) et 120 points pour l’oral (60% du total des points).
Rappel : épreuves écrites, coefficient : 2 ; épreuves orales, coefficient : 3.

Nouveau concours : total de 240 points, répartis de la manière suivante : 80 points pour l’écrit (33,3 % du total des points) et 160 pour l’oral (66,7 % du total des points).
Détail :
Ecrit n°1 (composition) : 40 points (16,6 % du total des points) ;
Ecrit n°2 (explication de texte) : 40 points (16,6 % du total des points) ;
Oral n°1 (épreuve de leçon) : 100 points (41,6 % du total des points) ;
Oral n°2 (entretien avec le jury) : 60 points (25 % du total des points).

Les épreuves écrites passent d’une durée de 5 heures (ancien concours) à une durée 6 heures. Cette heure supplémentaire sera précieuse pour les futurs candidats, car elle leur permettra de terminer plus sereinement leurs écrits.

b) Nature des épreuves

A l’écrit

L’épreuve écrite disciplinaire

Cette épreuve de « composition » (ou « dissertation ») ne change pas.

L’épreuve écrite disciplinaire appliquée

L’épreuve d’explication de texte ne change pas non plus. Certes, il est précisé, parmi les compétences attendues, que le « candidat doit être capable de situer son propos dans l’exposé d’une notion ou plus largement dans une séquence pédagogique ». Toutefois, je pense que les rédacteurs de l’annexe du décret, consacré à la philosophie, ont dû intégrer dans la description de l’épreuve une composante « pédagogique », pour tenir compte du terme « appliquée », dans l’intitulé de l’épreuve (« épreuve disciplinaire écrite appliquée »).

A l’oral

L’épreuve de leçon

Les deux épreuves séparées de la « leçon » et « l’explication de texte » de l’ancien concours disparaissent, mais il semble que les rédacteurs aient quand même voulu conserver ces deux épreuves, en s’arrangeant pour les combiner en une seule. La durée de préparation de l’épreuve (6h) est cependant raccourcie par rapport à celle cumulée des deux anciennes épreuves (qui était de 5 heures pour la leçon et de 2h30 pour l’explication de texte). De plus, la durée totale de la prestation étant de 40 minutes, le candidat devra consacrer environ 20 minutes à la présentation de chaque partie. Le temps imparti est donc fortement raccourci par rapport à celui de l’ancien format du concours (30 minutes pour chaque oral).

La grande nouveauté consiste dans le fait que le candidat ne devra plus construire sa leçon à partir d’un sujet proposé par le jury, mais d’une « question problématisée », choisie par lui et issue du texte qu’il a expliqué auparavant. Par conséquent, il ne pourra plus construire sa leçon, comme ce pouvait être le cas auparavant, à partir d’un énoncé consistant en une ou deux notions. De plus, sa leçon devra obligatoirement contenir des éléments d’analyse et d’argumentation tirés du texte précédemment expliqué.

Il est intéressant de relever que la présentation de cette « épreuve de leçon », dans les disciplines autres que la philosophie, débute par la précision suivante : « L’épreuve a pour objet la conception et l’animation d’une séance d’enseignement ». Certes, les consignes, en philosophie, parlent bien de « conception » et de « présentation d’une séance d’enseignement, le cas échéant restitué dans le cadre d’un séquence d’enseignement » (pour la 2e partie de l’épreuve) et précisent bien (pour l’explication du texte) de montrer comment le candidat le destine aux élèves des classes terminales. Cependant, ces consignes étaient déjà présentes dans les libellés des épreuves orales de l’ancien concours, épreuves qui consistaient à faire une dissertation orale (encore appelée « leçon » dans l’ancien jargon du concours) et une explication de texte orale.
A mon avis, il en sera encore de même pour le nouveau concours.

L’épreuve d’entretien avec le jury

L’idée d’interroger le candidat sur ses capacités à transmettre et à partager les valeurs républicaines et sur ses connaissances de l’institution scolaire n’est pas nouvelle. En effet, l’oral des sessions 2011 à 2013 du CAPES externe de philosophie comprenait une première épreuve (leçon) et une seconde divisée en deux parties. La première partie consistait à expliquer un texte et la deuxième consistait en une interrogation portant sur la compétence : « Agir en fonctionnaire de l’Etat de manière éthique et responsable ». Le candidat disposait de 2h30 de préparation au total, pour préparer son explication de texte, ainsi qu’une réflexion sur un sujet comme : « Pourquoi les programmes scolaires ? », « L’éducation est-il un service public ? », « Qu’est-ce que diriger un établissement ? ». Il avait 10 minutes pour exposer sa réflexion, qui était suivie d’un entretien de 10 minutes avec le jury (cette partie de l’épreuve était notée sur 6 points).
Cette réflexion était donc intégrée dans le cadre d’un véritable questionnement philosophique. Je vous conseille de lire les rapports des jurys 2011 (pp. 48-52), 2012 (p. 47) et 2013 (p. 61-66) sur ces points.

Il semble que la nouvelle épreuve ne permette plus cette intégration, pour les raisons suivantes :
– la présence dans le jury de membres non spécialistes de la discipline ;
– dans l’arrêté ministériel, l’épreuve est, dans ses modalités, commune à toutes les disciplines : les sections dans l’Annexe 1 relatives à chaque discipline, renvoient toutes sur ce point à l’article 8. Faut-il en déduire que les sujets donnés seront puisés dans une banque de données commune à toute les disciplines ?

On peut également se demander en quoi consistera cette « mise en situation professionnelle » : s’agira-t-il de soumettre au candidat des cas de figure qui pourraient se présenter, lors de ses cours avec ses élèves ou plus largement au sein de son établissement ?

Résultats de mes étudiants aux CAPES internes et externes 2018 et 2019

Voici un petit bilan chiffré des résultats obtenus par mes étudiants ayant suivi la formation, pour les sessions 2018 et 2019.

Formation 2018

– CAPES interne :

6 étudiants présentaient l’interne. 4 ont été admissibles. 2 sont admis pour le concours dans le privé (respectivement à la 1ere et 2e place, SVP !)

– CAPES externe :

21 étudiants présentaient l’externe. 8 ont été admissibles. 7 ont passé l’oral. 4 sont admis.
Continuez

Résultats du CAPES externe de Philosophie 2017 : deux de mes étudiants admis !

Les résultats du CAPES externe sont parus avant-hier. Sur mes trois étudiants qui étaient admissibles (cf. à ce sujet mon précédent article), deux ont été admis, dont l’un dans les 20 premiers. Il faut souligner qu’il passait le concours pour … la première fois !

A l’issue de l’écrit, rien n’était acquis pour mes deux étudiants, qui avaient passé la barre de l’admissibilité juste un peu au-dessus du seuil. Par contre, ils ont particulièrement brillé à la leçon, puisque l’un a obtenu 17 et l’autre 14. Ils ont tous les deux choisi le sujet le moins canonique, celui qui fait très souvent peur aux candidats. Comme quoi, le choix le plus risqué peut être aussi le plus payant !

Je voudrais souligner la persévérance et la force psychologique de l’étudiant qui est arrivé le mieux classé. Il s’est constitué, en début de préparation, un planning de travail très rigoureux et très serré, qu’il a suivi, sans faillir, en multipliant les entraînements, non seulement avec moi, mais aussi avec d’autres préparateurs. Il a fait une remarquable progression pendant l’année, progression qui s’est même poursuivie entre l’écrit et l’oral et qui s’est confirmée par un brillant 17 à sa leçon. De même, il a fait preuve d’une force psychologique particulière, devant un membre du jury qui essayait de le déstabiliser, sans succès !
Continuez

CAPES externe de Philosophie 2017 : 3 de mes étudiants admissibles !

Les résultats de l’admissibilité au CAPES externe de philosophie 2017 sont parus avant-hier. 3 de mes étudiants sont admissibles à l’oral, sur les 10 qui ont passé les écrits. Toutes mes félicitations pour ce premier succès, qui récompense le travail et les efforts qu’ils ont accomplis, pendant l’année !

Ce résultat est l’occasion pour moi de faire un premier bilan, comme je l’avais fait précédemment pour les résultats de l’admissibilité de mes étudiants au CAPES interne. Ces quelques réflexions vont me servir à améliorer ma formation pour l’an prochain. Je pense qu’elles vous seront également utiles, si vous envisagez de vous présenter pour la première fois au CAPES ou si vous avez échoué cette année et que vous vous interrogez sur l’opportunité de préparer à nouveau le concours l’an prochain.
Continuez

Résultats du CAPES interne de Philosophie 2017 : une brillante deuxième place pour l’une de mes étudiantes !

Les résultats du CAPES interne de philosophie 2017 ont été publiés hier. Sur les trois étudiants qui ont suivi ma formation au CAPES interne et qui étaient tous admissibles à l’oral, deux ont malheureusement échoué et une étudiante, Emmanuelle Soubou, a brillamment obtenu la deuxième place.

Ces résultats sont l’occasion de faire un bilan de la première année de la formation que je propose au CAPES interne. Dans cet article, j’analyserai les facteurs qui, selon moi, ont contribué à la réussite ou à l’échec de mes étudiants. L’enjeu est de proposer une formation encore plus performante à mes futurs étudiants. Cette analyse vous sera également utile, si vous voulez passer ou repasser le concours interne, en 2018.

1. A l’issue de l’admissibilité, les compteurs sont remis à zéro : l’oral s’avère donc crucial

Le jury attribue à tous les dossiers RAEP, qui sont retenus pour l’admissibilité, la note de 12. Sans doute ne veut-il pas avantager les candidats qui ne seraient pas vraiment les auteurs de la production qu’ils rendent ou qui se feraient beaucoup trop aider. Toujours est-il que cette situation rend l’oral déterminant, d’autant que la sélection est très sévère : 42 candidats admissibles pour 15 postes au CAPES interne du public et 36 admissibles pour 15 reçus au CAPES interne du privé (CAER). La barre d’admissibilité était de 32 points pour l’interne public et de 30 points pour l’interne privé. Avec une note de départ de 12 et un coefficient 2, pour l’oral, il fallait donc avoir au moins 10 (pour l’interne public) et au moins 9 (pour l’interne privé), pour pouvoir être reçu.

L’opinion selon laquelle il est difficile de réussir le CAPES à la première tentative s’est avérée exacte, dans le cas de mes étudiants. En effet, l’étudiante reçue avait été admissible l’an dernier, alors que les deux autres étudiants présentaient le concours pour la première fois. Etre admissible à l’oral est donc déjà une belle performance ! Malgré nos nombreux entraînements entre les résultats de l’admissibilité et le début des oraux (cf. plus bas), ces deux étudiants ont été psychologiquement déstabilisés par les questions des membres du jury, même s’ils étaient bien conscients de leurs intentions bienveillantes.

Ma recommandation : si vous avez présenté le concours cette année, mais que vous avez échoué – notamment au stade de l’oral – je vous conseille de recommencer dès l’année prochaine. En effet, il faut profiter de la dynamique de travail que vous avez enclenchée cette année et garder le bénéfice de votre travail sur les 4 notions, qui restent au programme l’an prochain.

2. La nécessité de s’entraîner intensivement pour l’oral.

Pendant les 5 semaines qui se sont écoulées entre les résultats de l’admissibilité et le début du concours (je ne compte pas la semaine, pendant laquelle les trois étudiants ont passé les écrits de l’externe, qu’ils présentaient également), nous avons organisé 2 colles par semaine : une sur le vivant, une sur l’histoire, deux sur le désir, deux sur le bonheur, deux sur la raison et le réel, et deux sur l’Etat). Sans compter, que, pendant l’année, mes étudiants ont aussi bénéficié des 9 colles pour la préparation du CAPES externe.

La première difficulté de cette préparation spécifique à l’oral a été tout d’abord de maîtriser la durée de préparation très courte des exposés (2 heures), ainsi que celle plutôt longue des prestations (tenir au moins 25 minutes). Lors des premières colles, les trois étudiants ont été déstabilisés : certains ne faisant qu’un exposé d’à peine 20 minutes et d’autres n’ayant pas le temps de finaliser leur préparation (notamment pour la leçon). Mais bien vite, la durée de la préparation, ainsi que celle du passage ont été bien intégrées. Ainsi, à l’oral, aucun d’entre eux n’a eu de problème pour gérer le temps de préparation, ainsi que le temps de passage.

Ma recommandation. Même si le dossier RAEP constitue une composante importante du concours de l’interne, il ne faut pas négliger l’entraînement spécifique à l’oral, dès le début de votre préparation. Contrairement à votre production écrite que vous pouvez travailler dans la durée et « peaufiner », vous disposez d’un temps limité (et même très court, si on le compare aux 5 heures de préparation de la leçon, pour le CAPES externe) pour préparer une leçon ou une explication. A mon sens, au moins 6 oraux sont nécessaires pour vous habituer au format de l’exercice. Il est important également de simuler avec votre « colleur » un entretien, afin de vous habituer à répondre le plus aisément possible, aux questions du jury.

3. Un 17 à l’explication d’un texte de Hegel, pour mon étudiante qui a été reçue deuxième

Si je devais résumer en un mot ce qui a contribué le plus à la réussite de mon étudiante je dirai : le travail. Bien sûr, je ne dis pas que mes autres étudiants n’avaient pas travaillé … mais peut-être ont-ils manqué des connaissances qu’ils fallait justement avoir, à propos des sujets sur lesquels ils sont tombés.

Il est ainsi révélateur que mes deux étudiants malchanceux ont choisi leur sujet par défaut : l’une, ne connaissant pas bien Bergson, a donc pris la leçon et l’autre avait a priori décidé de prendre l’explication de texte, par manque de maîtrise de l’exercice de la leçon en un temps si court.

A contrario, l’étudiante reçue se sentait à l’aise pour traiter les deux sujets : elle a pu faire un véritable choix – et non un choix par défaut – en fonction de deux critères :
– la facilité trompeuse du sujet de la leçon (la question était : « le vivant peut-il être conçu comme une machine ? »). En effet, tout l’enjeu du sujet reposait sur le verbe qui avait été choisi pour articuler la réflexion sur le vivant et la machine. Le piège, dans lequel il ne fallait surtout pas tomber, était de faire un « topo » sans originalité sur la comparaison entre le vivant et la machine.
– sa bonne préparation des notions du programme et en particulier de l’histoire. Ainsi, le texte de Hegel, tiré de la Raison dans l’Histoire, qu’elle a eu à expliquer, ne l’a pas déconcertée et elle a pu y insérer des connaissances sur la philosophie de l’histoire hégélienne, de manière judicieuse, sans les plaquer artificiellement sur le passage.

La qualité de sa prestation (introduction contenant bien la thèse, la problématique, ainsi que la structure argumentative du texte, puis explication du passage dans le détail, illustrée d’exemples précis) a été appréciée par le jury, puisqu’elle été valorisée par la note de 17.

Ma recommandation. La réussite de l’exercice oral (que ce soit la leçon ou l’explication de texte) repose sur deux piliers : des connaissances solides et une bonne compréhension de ce qui est demandé de faire. Il faut, durant l’année, travailler conjointement les deux et vous forcer littéralement à appliquer les consignes, même si cela n’est pas naturel pour vous, au départ. Par exemple, le jury vous attendra « au tournant », pour voir si votre exposé s’appuie sur des analyses d’exemples précis (aussi bien pour la leçon que pour l’explication de texte). C’est ce que j’appelle une « figure imposée », dans des exercices, dans lesquels le candidat doit aussi faire preuve d’une certaine liberté de réflexion.

4. Bilan par rapport à ma préparation

a. Les points positifs

– je suis tout d’abord très satisfaite des résultats de l’admissibilité, puisque les trois étudiants qui préparaient l’interne sont allés à l’oral (Cf. mon article sur l’admissibilité.) Ces résultats, sont allés, je l’avoue, au-delà de mes espérances de départ !
– je suis très satisfaite des résultats de l’admission, sur le plan « qualitatif » (une deuxième place), mais un peu déçue des résultats sur le plan « quantitatif » : seulement une étudiante de reçue sur trois qui préparaient l’interne. Mais, si l’on compare ce résultat (33% de réussite) avec les statistiques générales (13,4 % pour le concours du public et 12,1 % pour le concours du privé), il reste tout de même très satisfaisant !
– la discussion que nous avons eue, avec mes trois étudiants de l’interne, à l’issue des résultats, montre qu’ils ont particulièrement apprécié la densité du suivi (aussi bien pour les versions successives du dossier RAEP, que pour les dissertations et explications écrites, que pour les colles orales). Mais il faut aussi noter de leur côté une grande détermination, puisque les trois étudiants inscrits à ma formation à l’interne et au concours de l’interne ont tous rendu un dossier RAEP (alors qu’en 2016, 49,2% des candidats inscrits avaient finalement envoyé un dossier pour le concours du public et 55,1% pour le concours du privé !)

b. Les points à méditer

Voici quelques interrogations qui ressortent également de cette première année de préparation :

1) Faut-il nécessairement préparer le CAPES externe, en plus de l’interne pour se donner des chances supplémentaires d’avoir le CAPES ?

La réponse à cette question sera donnée à la parution des résultats de l’externe, dans une semaine. Mais je me demande déjà si, pour des étudiants qui présentent le concours, en disposant d’un temps de préparation très limité (parce qu’ils ont aussi bien souvent un travail et/ou une vie familiale à côté) ou qui ont des connaissances de base qui demandent à être développées, il ne vaut mieux pas concentrer toutes leurs forces sur les six notions au programme de l’interne, plutôt que de s’éparpiller sur le « programme » de l’externe.

2) Comment remédier à la peur de passer devant un jury ?

L’aspect psychologique compte énormément dans un concours et davantage encore à l’oral qu’à l’écrit, puisque le candidat encore anonyme pour les correcteurs de l’écrit se retrouve à l’oral, devant les membres d’un jury, qui évaluent sa prestation devant lui. La difficulté, pour le candidat, consiste alors à ne pas surinterpréter leurs questions, ni les signes qui pourraient se lire sur leur visage, relativement à la qualité de ses propos.
Si vous sentez que cette peur peut vraiment vous paralyser, je vous conseille d’aller assister à des oraux de concours ou même de faire des séances de sophrologie ou de PNL.
Continuez

Préparation aux CAPES de Philosophie 2018

Cette page vous présente la préparation à distance aux CAPES de Philosophie, que je propose. La préparation pour les sessions de 2018 commencera le 1er juillet 2017 et les inscriptions sont ouvertes, au 24 avril 2017.

Cette préparation a la particularité d’être personnalisée : elle tient compte de votre niveau de départ et des difficultés (tant sur le plan de l’acquisition des connaissances et des méthodes, que de l’organisation de votre travail) que vous pourriez rencontrer, en cours d’année.

Plan de cette présentation :

1) Le contenu de la préparation au CAPES externe de Philosophie
2) Le contenu de la préparation au CAPES interne de Philosophie 2018 (aller directement à cette rubrique)
3) Si vous préparez conjointement les deux concours (aller directement à cette rubrique)
4) Tarifs et modalités de la formation
Continuez

100% de réussite à l’admissibilité au CAPES interne de Philosophie 2017, pour mes étudiants !

Les résultats de l’admissibilité au CAPES interne de Philosophie 2017 sont parus aujourd’hui. Les trois étudiants qui suivaient ma formation à l’interne sont tous admissibles ! Bravo donc tout d’abord à eux, pour les efforts qu’ils ont accomplis au cours de l’année, et qui se voient aujourd’hui couronnés par un premier succès !

Ce résultat est l’occasion de mon côté de faire un premier bilan de ma formation et d’en profiter pour vous donner les « ingrédients » qui, selon moi, ont fait en sorte que leur dossier RAEP a été retenu. Je pense que cette liste vous sera utile, si vous avez le projet de passer le CAPES interne, pour les prochaines sessions.

1. Un choix judicieux du sujet traité dans le dossier

Il s’agit de bien cibler un sujet, pour qu’il ne soit ni trop large, sous peine d’être survolé, ni trop étroit, sous peine d’en venir à des considérations bien trop pointues. En règle générale, dites-vous que votre sujet pourrait très bien être donné comme sujet au baccalauréat ou à l’écrit du CAPES externe. De même, si vous choisissez de faire une explication de texte, l’extrait doit, par sa longueur, et son contenu (qui consiste dans la réponse à un problème précis) pouvoir être donné à l’écrit du CAPES externe ou au baccalauréat.
Continuez

Parution du tome 1 de l’Entraînement à l’explication et au commentaire de texte philosophiques pour les concours (CAPES, Agrégation, ENS)

J’ai le plaisir de vous annoncer que le tome 1 de la collection Entraînement à l’explication et au commentaire de texte philosophiques pour les concours (CAPES, Agrégation, ENS) vient de paraître. Ce tome fait une synthèse raisonnée des différents rapports des jurys des concours de 2003 jusqu’à 2015. Il est le premier d’une série de tomes, faisant partie d’un projet qui, à ma connaissance, est sans précédent, dans l’édition d’ouvrages pour la préparation des concours de philosophie. Pour en savoir davantage sur l’ensemble de ce projet et sur l’ensemble des tomes de la collection, consultez mon article précédent.

Vous pouvez consulter un extrait du début du tome 1 en fichier pdf.

Je vous donne ci-dessous la table des matières du tome 1.
Continuez

Préparer le CAPES de philosophie en deux ans

Dans cet article, je vous montre pourquoi préparer le CAPES de philosophie en deux ans peut être une excellente stratégie et vous présente la formation que je propose, pour réaliser cet objectif.

1) Dans quels cas préparer le CAPES de philosophie en deux ans ?

Il est préférable de préparer le concours en deux ans, au lieu d’un, si vous vous trouvez dans l’un des cas de figure suivants :
– vous ne pouvez pas dégager plus de 10-15 h de travail hebdomadaire, parce que vous travaillez ou/et avez une vie familiale.
– vous reprenez des études de philosophie, après avoir arrêté pendant plusieurs années.

En effet, la plupart des étudiants, qui manquent de temps pour préparer le concours, ne peuvent, en une seule année, qu’aborder superficiellement l’intégralité du programme. Ils se voient ainsi contraints de repasser plusieurs fois le concours, avec bien souvent la désagréable constatation qu’il n’y a pas eu de progrès notables, dans la notation de leurs copies. De même, pour ceux qui ont arrêté les études de philosophie, depuis un certain temps, une seule année peut s’avérer trop courte, pour réactualiser et approfondir leurs connaissances.
Continuez

Comment acquérir une bonne culture générale ? (2/2)

Dans mon précédent article sur la question , je vous indiquais en quoi consiste la Culture Générale et vous donnais des méthodes de travail générales, ainsi qu’une bibliographie indicative, par domaines de réflexion. Dans le présent article, je vous montre comment mettre concrètement en oeuvre les méthodes, à l’aide de différentes stratégies.

Les 7 stratégies à adopter

1) Comment acquérir une culture générale sans vous décourager ?

Réponse : Diviser la difficulté !

Diviser la difficulté consiste tout simplement à séquencer votre travail et à ne pas lire plus de 10 pages d’un livre à la fois (ce qui correspond à une durée de 20 à 30 mn). Une telle quantité de travail est :

– réaliste, dans la mesure où vous n’avez pas seulement la culture générale à travailler.
– vous évite de saturer, au bout de quelques semaines, car elle vous demande de travailler et de mémoriser, à chaque fois, une quantité de connaissances raisonnable.
Continuez